MOISSONS SANGLANTES : 1933, la famine en Ukraine / La Case du siècle sur France 5

Gareth Jones, ce héros inconnu

Alors non, ce n’est ni un talonneur au rugby (je fais genre mais j’ai regardé sur Wikipédia), ni le leader d’un groupe de rock.

Il est né en 1905 au pays de Galles. Il sort diplômé de l’université de Cambridge avec mention en 1929. Il parle couramment français, allemand et russe. Il enchaîne en devenant, en 1930, le conseiller en politique étrangère de l’ancien premier ministre britannique Lloyd George. Bref, à 25 ans, Gareth a déjà ce qu’on appelle un parcours de compète.

En 1933, il devient journaliste. Intrigué par des rumeurs de famine en Ukraine, il souhaite s’y rendre. Sauf que Staline interdit l’accès au pays (cruel, mais pas con). Il en faut plus pour décourager Gareth.

Commence alors un voyage de plus de 10 000 kilomètres à travers l’Europe, je le cite : « déchirée par les passions nationalistes, les haines de classes et la crise économique mondiale » (ça vous rappelle rien ? 🥶).

Il se rend d’abord à Berlin. Il y décroche son premier scoop : une interview du tout jeune chancelier allemand. Il est, en effet, le premier journaliste étranger à être autorisé à voyager avec Hitler dans son avion privé.

De Berlin, il se rend à Moscou. Il feinte, fait croire qu’il travaille toujours pour Lloyd George et souhaite rendre compte des miracles du communisme. Ça marche ! Il obtient un visa. La situation à Moscou est catastrophique : Gareth y croise des queues interminables aux rares distributions alimentaires, rencontre des paysans qui affluent dans la capitale à la recherche de nourriture. Et toujours « Ici, c’est dramatique, mais en Ukraine c’est pire ».

Il va réussir à s’infiltrer, traverser des villages avec toujours le même spectacle, des cadavres qui jonchent les routes, des enfants au ventre gonflé, des survivants qui attendent la mort et partout l’absence totale de nourriture.

Pourquoi cette famine dans un pays aussi riche en céréales ?

Staline souhaite transformer l’URSS en nation moderne. Pour mener son industrialisation à marche forcée, il a besoin d’argent, de beaucoup d’argent. Et l’argent vient d’où ? Des exportations de céréales.

Il va donc méthodiquement planifier la collecte de céréales partout mais surtout en Ukraine, riche en blé. Les paysans qui résistent sont déportés, ceux qui essaient de cacher une partie de leur récolte sont torturés ou tués. À la famine s’ajoute la terreur. Staline veut broyer et spolier l’Ukraine. Que ce soit une hécatombe, que les survivants mangent de l’herbe, des racines, des charognes ou des cadavres, le petit père du peuple s’en fout… comme de son peuple.

Gareth Jones va alerter le monde

Il fait une conférence de presse à Berlin le 29 mars 1933. D’abord horrifié par ses révélations, l’Occident ne va pas y croire longtemps. En effet, Gareth va être l’objet d’une campagne de diffamation par nombre de journalistes, dont un des plus prestigieux, Walter Duranty, le correspondant du New-York Times à Moscou et détenteur du prestigieux prix Pulitzer. Pour Walter, « Tout est admirable en URSS ». « Oui, les gens ont faim, mais ils n’en meurent pas ». Ben c’est sûr mon gars, si tu passes ton temps à répéter ce que te disent les officiels et à faire la bamboche avec eux tous les soirs à l’hôtel Métropole à Moscou, tout va bien !

Même le ministre français Édouard Herriot, soucieux de voir par lui-même l’état du pays, va se faire balader par les soviétiques dans un village ukrainien débarrassé de ses cadavres et remplis de figurants dodus, habillés de neuf. La visite se passe à merveille, à tel point qu’il dira, de retour en France : « L’Ukraine dont on me parle, c’est la Beauce ». Bon sang, mais que foutaient les renseignements ?!

Suite et fin de Gareth Jones

Ecœuré par ces attaques et devenu indésirable en Russie, Gareth part en Mongolie intérieure pour y couvrir les tensions entre Russes et Japonais. Il y sera assassiné la veille de son trentième anniversaire. Sur demande de Staline ? On ne le sait pas.

C’est le premier (et l’un des rares) journalistes occidentaux à avoir documenté et alerté sur l’Holodomor.

En deux ans, 7 millions de soviétiques dont 4 millions d’ukrainiens mourront de faim, 1,5 millions de Kazhaks et 1,5 millions de Russes. Cette famine est reconnue officiellement comme un génocide par l’Union européenne en 2022.

Le 28 mars prochain, la France se prononcera à son tour. Cette décision semble faire consensus à l’Assemblée nationale…. sauf pour le RN et LFI.

Documentaire disponible ICI jusqu’au 27 juin 2023

LES EFFARÉS de Arthur Rimbaud

Ça parle de misère, d’enfance sacrifiée. Ça aurait pu être de Victor Hugo, mais c’est Arthur qui l’a écrit à 16 ans….

 

1F672AE5-AA28-493B-A4D3-6CAB0D48F9A7

Noirs dans la neige et dans la brume,
Au grand soupirail qui s’allume,
Leurs culs en rond

A genoux, cinq petits, – misère ! –
Regardent le boulanger faire
Le lourd pain blond…

Ils voient le fort bras blanc qui tourne
La pâte grise, et qui l’enfourne
Dans un trou clair :

Ils écoutent le bon pain cuire.
Le boulanger au gras sourire
Chante un vieil air.

Ils sont blottis, pas un ne bouge
Au souffle du soupirail rouge
Chaud comme un sein.

Et quand, pendant que minuit sonne,
Façonné, pétillant et jaune,
On sort le pain,

Quand, sous les poutres enfumées
Chantent les croûtes parfumées
Et les grillons,

Quand ce trou chaud souffle la vie ;
Ils ont leur âme si ravie
Sous leurs haillons,

Ils se ressentent si bien vivre,
Les pauvres petits pleins de givre,
Qu’ils sont là, tous,

Collant leurs petits museaux roses
Au grillage, chantant des choses,
Entre les trous,

Mais bien bas, comme une prière …
Repliés vers cette lumière
Du ciel rouvert,

Si fort, qu’ils crèvent leur culotte
Et que leur lange blanc tremblotte
Au vent d’hiver…

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑