L’ORIGINE DU MONDE de Liv Strömquist

Je vais vous parler féminisme (rassurez-vous, ça ne fait pas mal)

Maman de 3 filles, forcément ça me préoccupe.
Comme toutes les mères, je veux le meilleur pour mes enfants. Qu’elles soient épanouies, qu’elles trouvent leur voie, qu’elles mènent leur vie comme elles l’entendent. Ça c’est pour les généralités, valables, qu’on ait engendré des mioches mâles ou femelles.
Mais, moi, en plus, je veux qu’elles puissent sortir en jupe sans se faire emmerder, ni craindre pour leur sécurité. Qu’elles puissent être reconnues dans leur travail pour ce qu’elles font, et pas pour leurs fesses. Qu’elles ne se fassent pas appeler « mon p’tit » ou « chat chat » au boulot. Qu’elles ne soient pas moins payées que leurs collègues masculins à compétences égales (woulala ! Comme elle y va, la bibliothécaire !). Qu’elles ne se sentent ni coupables, ni frustrées d’être des femmes quelle que soit la situation.
Bref, qu’elles soient l’égales des hommes et qu’elles ne lâchent rien (ce qui sous-entend qu’elles vont quand même devoir batailler un chouïa).

Chapeau bas les mecs !

Ce qui est remarquable dans la domination des hommes sur les femmes, c’est sa constance et sa quasi universalité depuis des siècles.
L’espèce humaine est la championne pour créer des tensions, des désaccords, des conflits entre les peuples… mais, au moins, un truc la rassemble depuis toujours, et ce truc, c’est nous, les filles !!! On n’est pas les meilleures ?
Les mecs nous adorent, ils savent ce qui est bon pour nous et comme on est F.R.A.G.I.L.E.S des nerfs, ils s’occupent de nous et décident pour nous. C’est pas mignon ?
Et ne croyez pas que j’exagère, qu’en France aujourd’hui, ça va mieux (d’abord, ça ne doit pas aller mieux, ça doit aller bien).
Guillaume Meurice, qui, dans une de ses chroniques, est allé tâter le pouls des Français, a quand même eu droit aux perles suivantes : passé 30 ans il faut qu’elles s’habillent décemment pour ne pas avoir l’air de prostituées ; la femme doit rester à la maison jusqu’à ce que les enfants aillent à l’école ; il faut faire attention, la femme cherche le salaire pour faire ce qu’elle veut des hommes ; une femme qui travaille prend la place d’un homme.

Bon, calmons-nous, tous les hommes ne sont pas comme ça. Prenons l’exemple de mon népoux (totalement au hasard), il ne déclame pas à longueur de journée l’égalité hommes/femmes… il la prouve quotidiennement dans ses actes.

Une bande-dessinée d’utilité publique : l’Origine du monde de Liv Strömquist

Il s’agit bien d’une BD, et pas du tableau du même nom de Gustave Courbet,… mais ça parle de la même chose = le sexe féminin.
L’auteure raconte la perception du sexe féminin depuis des siècles, entre répression, honte, humiliation, colonisation, appropriation.
L’ouvrage est découpé en cinq chapitres.
1/ Les hommes qui se sont un peu trop intéressés à ce qu’on appelle les organes féminins.
Où j’apprends que le bon docteur Kellog’s (oui, oui, celui des céréales), farouchement opposé à la masturbation féminine, recommandait de verser de l’acide sur le clitoris (on est loin des Miel Pop’s).
2/ La représentation du sexe féminin à travers les âges.
Où j’apprends qu’en 1972, lorsque la NASA a envoyé la sonde spatiale Pioneer 10 à destination d’éventuels extra-terrestres, avec le dessin d’un homme et d’une femme nu.e.s (un peu d’écriture inclusive, allez je me lâche !), l’homme a son sexe dessiné… mais pas la femme (ben non, bouh, la vulve quelle horreur !).
3/ L’orgasme
Où j’apprends que les Lumières ont véhiculé l’idée que la femme avait très peu de besoins sexuels (contrairement aux hommes). Et d’ailleurs tant mieux, sinon des mots comme « mariage » ou « vie familiale » seraient vides de sens, ah ah ah (rire nerveux).
4/ Tout ce dont les femmes ont honte
Qui reprend notamment des témoignages de jeunes filles ou de femmes.
5/ Les règles
« La femme qui aura un flux de sang en sa chair, restera 7 jours dans son impureté. Quiconque la touchera sera impur jusqu’au soir. » (Le Lévitique)
Avec ça, quand tu es une femme, tu es bien chargée dès que tu arrives sur terre.

Cette BD peut surprendre. Ce n’est pas une « gentille » narration, c’est foisonnant, et, personnellement, je ne suis pas fan du style graphique de Liv.
Mais c’est passionnant, on y apprend plein de choses, on y comprend plein de choses… et c’est drôle !
J’ai juste envie que mes filles la lisent… et soient fières d’elles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :