LES SAFARIS PARIS de mon Népoux

J’aime pas PARIS… je l’adore !

Je suis née à Paris, j’ai grandi à Paris.

J’ai eu ma première (d’une longue série 😂) coupe de cheveux ratée chez un coiffeur parisien, mon premier amour était de Paris, j’ai défilé avec fierté (et beaucoup de voix) de République à Invalides pour ma première manif, j’ai fêté le bi-centenaire de la révolution française sur les Champs-Elysées, j’ai célébré le 50ème anniversaire de la libération de Paris boulevard Saint-Michel, je suis allée draguer les pompiers dans les bals des casernes parisiennes, ma première fête de la Musique c’était à Bastille, ma première soirée trop arrosée c’était à Paris… et je pourrai continuer encore longtemps (je parle de la liste, pas des cuites).

J’aimais (et j’aime encore) tout de Paris. La rive droite, la rive gauche, les quartiers chics et les quartiers populaires, mais ce que je préférais, c’était Paris by night.

Puis, les trois monstres sont arrivés

Quand j’ai rencontré mon népoux on s’est installé à Paris. Ma grande fille est née à Paris (aaaah les balades en poussette en pleine nuit au parc Georges Brassens pour qu’elle arrête de chialer 😤😤😤). Mais un enfant ça prend de la place, et la place ça coûte cher, donc il a fallu s’éloigner en proche banlieue. Mon départ de la capitale a été un déchirement, j’avais l’impression que je m’enterrais vivante. Personne dans les rues après 8 heures du soir, terminées les sorties jusqu’à pas d’heures, finis les petits bars à tapas et bienvenu à la seule brasserie du centre ville, avec son célèbre menu saucisse-aligot tous les vendredis 😱.

Et encore, c’était le bonheur et je ne le savais pas ! Quand les deux microbes sont arrivés, il a encore fallu s’exiler ! Alors là, grandiose ! On voulait du calme ? On allait en avoir ! Bonjour le quartier pavillonnaire des années 50 ! Nos voisins avaient tous la soixantaine bien tassée, tellement heureux de voir un jeune couple arriver qu’on a eu droit à tous les conseils possibles et inimaginables sur le thème de « Comment réussir et faire durer son ménage ». On était à 200 mètres du cimetière. Pas un Zara à l’horizon, les seuls commerces c’étaient le boulanger avec son pain pas assez cuit (ben oui, les vieux, ça mâche pas) et la coiffeuse avec ses droits à la retraite acquis depuis bien longtemps mais qui ne voulait pas partir et vous laissait sortir de son salon uniquement quand vous aviez le brushing de Rosy Varte.

Finalement, on s’habitue à tout (faut faire gaffe quand même). Aller à Paris avec trois mioches c’est pire que monter une expédition de scientifiques pour le Pôle Nord. On a appris à connaître et aimer (si, si) notre banlieue, on a fait connaissance avec d’autres jeunes familles et on s’est abonné aux sorties au parc, aux spectacles de Guignol, aux activités enfants et à la médiathèque du coin.

 

Et un jour, le miracle !

Les mioches grandissent, sont capables de se déplacer sans poussette, sans doudou, sans petite bouteille d’eau, petite compote, gilet, imperméable et mini trousse d’urgence (parce qu’on sait jamais, elles ont bouffé comme 4 mais si elles ont une petite faim ou s’il se met à pleuvoir ou si elles se vautrent sur le trottoir et s’écorchent, hein ?) et surtout réclament de voir de nouvelles choses.

La bibliothécaire et son népoux n’ont pas hésité et, zou, direction Paris, à la découverte des monuments, des petits coins sympas, des musées et des crêpes au Nutella qu’on peut trouver partout et à n’importe quelle heure (facteur décisif, les crêpes au Nutella chez les mioches).

Les chiens ne faisant pas des chats, nos microbes ont très vite aimé Paris autant que nous, et on y est allé tous les week-ends (la bibliothécaire revivait, avait l’impression d’avoir rajeuni de 20 ans et faisait que des conneries).

 

C’est ainsi que sont nés les SAFARIS PARIS

La première fois, mon népoux avait préparé un circuit parisien pour nous faire découvrir plusieurs quartiers de Paris et terminer par une visite de l’opéra Garnier.

Le succès étant là, on a décidé de régulièrement faire des Safaris Paris (et c’est toujours mon népoux qui s’y colle, c’est lui le créatif du couple !).

Le meilleur Safari Paris qu’il nous ait concocté (même s’ils sont tous bien, attention), c’était au Noël 2015.

Le rituel est toujours le même. Tout est une surprise, on ne connaît aucun détail avant. Il nous prépare juste un petit texte pour nous faire saliver.

Voici celui de Noël 2015 :

« Se promener le long d’un canal où le street art a élu domicile, arpenter les rues d’un Paris oublié, déjeuner dans un restaurant tout rond (naaan, c’est pas Campanile), découvrir une librairie qui flotte, des façades multicolores, prendre un passage secret qui pourrait nous emmener jusqu’en Inde et faire une grande découverte : la plus petite maison de Paris. Pousser la porte d’une créatrice de bijoux très fous mais à prix doux (ben oui, il sait qu’il faut qu’il appâte ses femmes avec un peu de shopping 😜) et passer devant une galerie d’art installée dans une douche. Non, ce n’est pas de la magie, c’est Safari Paris ! ».

Nos mioches, moi-même et notre filleule étions juste au taquet à la lecture de ce petit texte. Il y avait un grand soleil ce jour-là et on a passé une journée comme seul Paris (et mon népoux) peut les offrir !

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :