V POUR VENDETTA de Alan Moore et David Lloyd

Il y a BD… et BD

Quand on me parle de BD, je pense à Tintin, Astérix, je pense aux livres de Pénélope Bagieu, Fab Caro... Bref, des bandes dessinées ou romans graphiques légers, drôles, divertissants, instructifs. Ça se lit vite, c’est une pause lecture agréable entre deux pavés… Evidemment, je pense à une exception, Maus, d’Art Spiegelman, mais, hormis ce livre, la BD a toujours été synonyme, pour moi, de ludisme.

Je savais très bien qu’en lisant V pour Vendetta, je n’allais pas rire à m’en faire une descente d’organes, mais, whaouuuuu, que ce soit le traitement graphique ou l’histoire, accrochez-vous !

Pourquoi lire « V pour Vendetta » ? Surtout maintenant ?

D’abord, parce que je voue une admiration sans borne à Alan Moore depuis que j’ai vu un documentaire sur lui, sur Arte. Ce type est génialissime, totalement hors-norme ! Pour en savoir plus, vous pouvez retrouver ici, l’article que j’avais écrit sur lui, à l’époque.

Ensuite, parce que V pour Vendetta est un classique, totalement culte. C’est, non seulement, une référence culturelle, mais également sociologique. Pour l’anecdote, cette BD est à l’origine du masque des Anonymous. Il FAUT l’avoir lu, histoire de mourir moins bête.

Zou ! C’est donc parti !

C’est pas une BD, c’est un manifeste 😱

Le pitch est simple : l’Afrique, les USA et l’Europe ont disparu suite à une guerre nucléaire. L’Angleterre est devenu un pays totalitaire aux mains d’un pouvoir fasciste qui contrôle tout (remarquez, c’est le principe👌). Un mystérieux homme masqué va, en quelques coups d’éclat, réussir à ébranler le pouvoir.

Certes, le sujet est déjà vu, on pense à toutes les dystopies dont la plus célèbre, 1984 de George Orwell. Mais, ici, le scénario fait toute la différence et réussit à nous raconter une histoire unique, celle d’un parcours initiatique, celui de Evey, la jeune fille que le héros sauve dès le début de l’histoire. Et ce parcours vous touche, vous questionne, vous oblige à vous situer. Le récit est tellement dense et exigeant !

C’est bourré de références historiques et culturelles (et encore, j’ai du en zapper plein 😱). Il y a de nombreux personnages qui représentent tous un tempérament humain, qu’il soit glorieux ou misérable. Plus la fin approche, plus la cadence et la narration deviennent bouillonnantes.

L’atmosphère y est sombre, sinistre, lugubre. Le traitement graphique est hyper réaliste, rythmé par des effets d’une richesse incroyable. Moi qui ai l’habitude de me focaliser sur le texte et de passer rapidement sur les dessins, j’en ai pris plein les yeux.

C’est comme si Alan livrait une sorte de manifeste du citoyen. Comme s’il mettait toutes ses valeurs, ses convictions, ses engagements dans ce livre qui s’apparente à un livre « testament » (même s’il n’avait pas l’âge de faire un testament quand il l’a écrit).

Les anglais sont vraiment très forts pour dénoncer les dérives de l’autoritarisme et ils ont un don pour imaginer et raconter des dystopies. ❤️ avec les mains pour Orwell, Huxley et Alan 🤩.

Pour conclure, cette BD est géniale ! J’envie celles et ceux qui ne l’ont jamais lue et qui vont la découvrir !

FLEABAG de Phoebe Waller-Bridge

Mon p’tit cœur palpite à l’idée de vous parler de Fleabag 🥳

Non ! J’ai dit non ! Ce n’est pas parce que tout le monde en parle que je vais regarder. Pourquoi ? Parce que c’est une série. Qui dit série dit engrenage, chronophage, nuits blanches, réveils douloureux où je ressemble à un lémurien boursouflé, « promis, ce soir je me couche tôt » et autres ennemis de mon capital sommeil. Sauf que Télérama est passé par là, avec une critique au cordeau que je vous fais courte : « Fleabag, une mécanique très méticuleuse à l’humour noir magistral », ou encore, « Fleabag manie, avec brio, désespoir et humour noir ». Mais, croyez-moi, le meilleur pitch est une répartie de l’héroïne qui résume tout : « toute ma vie, j’ai utilisé le sexe pour combler le vide flagrant dans mon cœur ». Youhouuuu, c’est plus un résumé, c’est un diagnostic. J’arriiiiive !

Avant de foncer tête baissée, comme à mon habitude, je googlelise quand même, histoire de voir la tête des protagonistes et l’ambiance visuelle. Je tombe sur une photo du personnage principal, magnifique trentenaire à l’élégance british, regard face caméra, Rimmel coulant sur les joues.

C’est parti !

Cette série vous donnerait presque envie d’avoir une vie de merde !

Bienvenue dans le quotidien de Fleabag, surnom d’une jeune londonienne, belle, drôle, naturelle, déjantée, bref… parfaite. Sa vie pourrait être un long fleuve tranquille. Mais (car sans mais, pas de série), il y a des failles que l’on découvre progressivement, ou plutôt des absences abyssales, celle de sa mère et, surtout, celle de sa meilleure amie. Et c’est là que l’expression « l’humour est la politesse du désespoir » de Chris Marker (si, si, c’est Wikipédia qui le dit) prend tout son sens. Car Fleabag est un bon petit soldat, luttant comme elle peut, avec ses armes, pour continuer à vivre, à trouver sa place entre une affreuse belle-mère (génialissime Olivia Colman), une sœur presque parfaite et un père dépassé par à peu près tous les événements de la vie.

Le meilleur de l’humour british !

Les puristes vous diront que rien n’égale les Monty Python, mais je ne suis pas puriste, et je n’aime pas les Monty Python.

Les cinq premières minutes sont assez déstabilisantes car, régulièrement, l’héroïne vous regarde et s’adresse directement à vous (le fameux 4e mur). Mais une fois que vous êtes dedans, impossible de décrocher ! C’est une corne d’abondance d’émotions, vous passez de l’hilarité à la tendresse, de l’humour trash à la tristesse.

C’est bouleversant, c’est prodigieux ! Fleabag est tout à la fois délicate, cash, élégante et inapte. Elle est surtout pudique. Pas la pudeur physique, non, la vraie, celle où, par politesse et par orgueil aussi un peu, on tait notre souffrance. Pour ne pas déranger, pour ne pas inquiéter, pour se convaincre soi-même qu’on va y arriver.

Elle ose tout, envoie valser à la fois le patriarcat et les féministes.

Ne passez pas à côté de cette série ! Douze épisodes de 25 minutes et je prends les paris que vous aurez envie d’avoir Fleabag comme meilleure amie.

C’est doux comme une plume et raide comme un alcool fort. C’est indispensable pour passer les fêtes 🥳.

Bonnes fêtes à tous !

1984 de George Orwell

A ce niveau-là ce n’est plus une lacune, c’est la faille de San Andreas !

B5010003-36A6-4D28-9918-485DEFF365B9

Non seulement tout le monde a lu ce classique dans mon entourage mais en plus, depuis des années, j’utilise une référence du livre sans le savoir.

Et ça se prétend bibliothécaire 😱😱😱 !

Tout a commencé quand j’ai vu Fifille N°3 le lire pendant les vacances, être captivée et me dire « tu devrais le lire, c’est trop bien ». Maintenant ce sont mes mioches qui font les critiques littéraires 😤. Je râle mais leurs conseils valent de l’or 😍.

Ensuite, j’en ai parlé autour de moi. « Mais tu l’as lu, toi ? 1984 ? ». Et là, florilège de «bien sûr que je l’ai lu, mais houlala, je ne m’en souviens plus trop bien, c’était en français en classe de troisième ou de seconde». J’avais envie de hurler « mais que foutait ma prof de français, bordel ?!!! ». Moi, à cette époque, je me tapais Balzac, Maupassant and Co. Non pas que ce ne soit pas bien, mais s’il y a un écrivain auquel je suis totalement hermétique, c’est bien Balzac, quant à Maupassant, il me donne envie de me tirer une balle !

Et invariablement de continuer « Quoi !!? Tu ne l’as JAMAIS lu ? Mais c’est une référence, faut ABSOLUMENT que tu le lises ! Tu sais de quoi ça parle quand même ??? ».

Evidemment ! J’en ai entendu parler 😤😤😤 !

D’ailleurs ce livre revient sur le devant de la scène régulièrement en fonction de l’actualité. Les américains se sont jetés dessus suite à l’affaire Snowden, puis il a été en rupture de stock après l’élection de Donald Trump, et l’adaptation de LA SERVANTE ÉCARLATE (autre dystopie prophétique) en série TV a été l’occasion d’en reparler.

Je savais que c’était un roman d‘anticipation, une dystopie (j’aime bien répéter ce mot car ça fait seulement un an que je le connais 😂), écrite fin des années 40 par un britannique qui a également écrit LA FERME DES ANIMAUX (que je n’ai pas lu non plus d’ailleurs).

Étant un chouïa vexée (c’est quand même moi la bibliothécaire, c ‘est moi qui ai un blog, merde !), j’embarque le livre de Fifille.

Big Brother is watching you !

Le choc ! Cette phrase, mondialement connue, que je répète à toutes les sauces, vient de là ! J’ai l’impression de rattraper des années de retard.

Passée la surprise, je dévore le livre.

Londres, 1984. Une jolie petite dictature surveille tout le monde. Plus de liberté d’expression, plus de liberté du tout. Tout le monde soupçonne tout le monde, les enfants sont encouragés à dénoncer leurs parents. Charmant, vous dis-je.

Il y a même un ministère de la Vérité chargé de modifier les archives au gré des versions officielles du Parti.

Forcément, il va y avoir un grain de sable dans la machine, ce grain de sable c’est le héros, Winston Smith. Travaillant au ministère de la Vérité, il est bien placé pour connaître toutes les manipulations du régime… de là à rentrer en dissidence, il n’y a qu’un pas.

Quel visionnaire ce George !

Que ce soit son analyse sur les sociétés, les classes sociales, la surveillance, la manipulation de l’information, TOUT est bluffant.

Alors, visionnaire ou pas ?

Bon, en même temps, niveau dictature, il avait largement de quoi s’inspirer. Le 20e siècle a quand même accouché du nazisme et du stalinisme.

On sait aussi que tous les régimes autoritaires obeïssent aux même règles pour asseoir leur pouvoir : rétention et manipulation de l’information, parti unique, propagande, désignation d’un ennemi, réduction de la liberté au profit de la sécurité etc.

Mais quand même, Georges est très fort.

Il rend le contexte de son histoire suffisamment intemporel pour être actuel.

Sa description des rouages, froide, mécanique, est tellement précise que vous vous projetez immédiatement.

Mais surtout, la vision qu’il donne du travail et du langage est saisissante.

Et comment ne pas faire le parallèle entre son récit sur la manipulation de l’information et les fake news ?
D’ailleurs pour terminer sur une note bien flippante, Courrier International a sorti récemment tout un dossier complet sur le sujet. Grâce aux nouvelles technologies et à l’intelligence artificielle, on pourra bientôt manipuler photos et informations de façon indétectable. Et tout ceci est confirmé par un rapport officiel d’une cellule du ministère des Affaires Etrangères. Vous imaginez les risques de déstabilisation et de chaos ?

Pour vous quitter sur quelque chose de plus positif, saviez-vous que David Bowie s’était inspiré de 1984 pour son album Diamond Dogs ?

C980A401-EDBC-495F-8145-94E91E01A6DB

N’hésitez pas à vérifier ces informations… des fois que je vous manipule 😜

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑