PARS VITE ET REVIENS TARD, QUAND SORT LA RECLUSE, UN LIEU INCERTAIN de Fred Vargas

Bouh ! Qu’elle est pas contente, la bibliothécaire !


J’ai eu, il y a quelques mois, ce qu’on peut appeler une traversée du désert en matière de lecture. Je n’étais pas au top de ma forme et n’arrivais plus à lire. Je passais une demi-heure sur la même page, sans voir réellement les phrases qui défilaient, je recommençais … pour le même résultat (j’avais la concentration d’une larve 🤪).
Quand j’ai commencé à aller mieux, la première chose que j’ai voulu faire, c’était lire de nouveau !
Mais, attention au choix ! Il me fallait un livre ne demandant pas trop d’efforts (j’évitais Les Essais de Montaigne), captivant et d’un volume raisonnable.
Je tombais, alors, sur La Grande Librairie avec Fred Vargas, invitée pour la sortie de son nouveau roman Quand sort la recluse.
Je la connais uniquement de nom, je sais que ses romans sont des succès à chaque fois, je sais que certains d’entre eux ont été adaptés au cinéma ou à la télé.
Je n’ai jamais lu de livres d’elle et n’ai jamais vu les films tirés de ses œuvres.
Donc, j’écoute.
J’aurais dû me méfier.
Mon chéri, j’ai nommé François Busnel, posait des questions assez simples. Je crois que je n’ai compris aucune réponse de Fred Vargas.
Je sais, j’étais fatiguée, je suis d’une intelligence moyenne, mais quand même ! Pourtant, pris séparément, je comprenais tous les mots, j’arrivais à identifier les sujets, verbes et compléments… mais je ne voyais, soit aucun sens à la réponse, soit aucun rapport avec la question posée.
J’aime le bizarre, donc j’étais servie !
Il en faut plus pour me décourager.
Je fais des recherches sur Fred. J’apprends qu’elle est spécialiste d’archéozoologie (poursuivons dans le bizarre 🤪), qu’elle a fait une thèse sur la peste au Moyen-âge (période que je kiffe 😤 AH AH AH), qu’elle est surnommée la Reine du Polar, qu’elle a reçu plein de prix littéraires, que ses livres appartiennent au genre des Rompols et qu’il y a toujours des références historiques.
J’aime les romans policiers, j’aime l’histoire, j’aime le bizarre… que demander de plus !

Trop de bizarre tue le bizarre

Je décide de commencer par celui dont j’ai le plus entendu parler, Pars vite et reviens tard.
Je trouve ça très sombre, une ambiance poisseuse et lourde mais j’aime bien le personnage principal, le commissaire Adamsberg, policier ombrageux, au passé chargé et à l’humour très personnel, mais attachant. Il y a une retenue tout en poésie dans ce livre, une singularité, qui tranche avec les romans du genre.
Je hais le Moyen-âge, mais l’action se déroule de nos jours et seule l’intrigue fait référence à l’histoire moyenâgeuse.
Bref, j’arrive à le lire facilement, il y a du suspense et j’apprends des choses. Ce n’est pas le coup de foudre, mais j’aime bien.
Je décide de continuer sur ma lancée et m’attaque à Quand sort la recluse.
Whaouuuuuu ! Alors là, accrochez-vous !
Je retrouve les mêmes ingrédients : le commissaire Adamsberg et son équipe, une intrigue liée à des éléments historiques, une ambiance sombre, poisseuse et lourde.
On vire vers le malsain, et pas qu’un peu !
Mais surtout, l’histoire est TOTALEMENT perchée, même sous stupéfiants ce n’est pas crédible.
Le lien entre l’intrigue (qui trouve toujours sa source dans le passé) et les éléments historiques bien précis sont tellement tarabiscotés que soit l’auteur est à fond dans son délire soit elle a du ramer comme un forçat pour arriver à recoller les morceaux.
Même le pauvre commissaire Adamsberg est mis à contribution ! Fred révèle un événement personnel qu’il a vécu dans son enfance et qu’il a enfouit dans sa mémoire… mais ce n’est tellement pas vraisemblable que j’ai été prise d’un fou rire (et pourtant, je l’aime bien Adamsberg) !
J’ai toujours un regard bienveillant, je suis bon public, mais là STOP !
Je termine tout de même le livre (histoire de me prendre d’autres fous rires).

J’ai perdu Fred

Je m’acharne ! Je me dis que c’est un accident, qu’effectivement, je l’ai trouvée un peu fatiguée à la télé, ceci explique cela.

Donc, je décide d’en lire un troisième (je suis maso).
Mon choix se porte sur Un lieu incertain.
Le résumé est plus que séduisant, on y retrouve Adamsberg qui doit sillonner l’Europe pour résoudre le mystère de 17 pieds coupés (mais chaussés) retrouvés dans un cimetière à Londres. Ça envoie du bois 😍😍😍 !

Oui… mais non !!!

J’aime bien son écriture… mais les histoires sont embrouillées, compliquées…

Je jette l’éponge, car je n’arrive décidément pas à entrer dans son univers.

On ne peut pas plaire à tout le monde !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :