LA PROMESSE DE L’AUBE de Romain Gary

La vieille réac qui sommeille en moi

En voilà un livre que j’ai depuis longtemps.

Pour moi, c’est un classique, donc à lire obligatoirement si je ne veux pas passer pour une grosse mytho devant mes 3 filles à qui je répète régulièrement : « Moi, à votre âge, j’avais lu beaucoup plus de livres, et je parle de vrais livres hein, des classiques, pas les romans pour adolescentes prépubères que vous lisez » (oui, je peux être une vieille conne quand je veux).
Bref, à chaque fois que je passais devant la bibliothèque, il me faisait de l’œil, mais impossible de me décider. Pourtant, je connais un peu Romain (j’ai lu La Vie devant soi d’Emile* et j’ai plus qu’adoré, il compte parmi les livres qui ont marqué ma vie).

De l’importance d’une couverture de livre

Sauf que… sur la couverture de La Promesse de l’Aube, Romain Gary pose fièrement en tenue d’aviateur, comme s’il allait nous raconter ses faits d’armes dans la Résistance, genre batailles aériennes, mitraillage d’allemands et tout le tralala. Et ça, je n’en avais pas envie, mais PAS ENVIE (bref quand ça veut pas, ça veut pas) !

De l’égale importance du cinéma et de Twitter… et de Pierre Niney

J’en étais là depuis quelques années (un vrai sur-place) lorsque je vois un tweet de Pierre Niney qui présente en avant-première la bande-annonce de son dernier film, La Promesse de l’Aube, avec lui, bien sûr, et Charlotte Gainsbourg (vous ai-je déjà parlé de mon adoration pour Charlotte ?).
Il fallait donc que je lise l’œuvre avant la sortie du film prévue en décembre (j’étais large, mais n’oublions pas que je suis lente).
Je sors donc le fameux livre de la bibliothèque (même lui n’y croyait plus) et je commence.

Maman !

Surprise : le sujet, c’est SA MÈRE !!!
À la fin du livre, le diagnostic est tombé : je suis une mauvaise mère, incapable d’arriver à la cheville de Maman Gary.
Courageuse, touchante, extravagante, audacieuse, exaspérante (ça, par contre j’y arrive bien), cette femme méritait vraiment un roman.
Ce livre magnifique vous fait passer du fou rire aux larmes (en ce moment je suis très montagnes russes émotionnelles).
Et, cherry on the cake, j’ai fait la connaissance d’un certain Monsieur Piekielny.
Je ne sais pas si Monsieur Piekielny a vraiment existé, mais, si c’est le cas, il mérite d’être connu du plus grand nombre.
Il est d’ailleurs le héros d’un roman qui sort en cette rentrée littéraire Un certain Monsieur Piekielny de François-Henri Désérable.
Comme quoi, Romain Gary est toujours bien vivant.

*précision au cas où : on a appris, à la mort de Romain Gary, qu’il avait écrit plusieurs romans sous le pseudonyme d’Émile Ajar

3 commentaires sur “LA PROMESSE DE L’AUBE de Romain Gary

Ajouter un commentaire

  1. Un excellent article qui condamne tout lecteur lambda obsédé par le fessier svelte de Pierre Niney et son jeu unique à retomber dans ce roman unique qui voue une fascination quasi pathologique à la mère tantôt sacralisée tantôt monsterisee. » Merci Maritou pour ce clin d œil Romainesque 😜😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :