LA VRAIE VIE de Adeline Dieudonné

Les Belges sont décidément très forts !

Je trouve qu’il y a beaucoup trop de Belges talentueux ! Entre Maurice Carême, Georges Simenon, Françoise MalletJorris, EricEmmanuel Schmitt et Amélie Nothomb, c’est quoi leur secret ? Il y a un gène belge de l’écriture ? Le waterzoï de poulet améliore les qualités littéraires ? Les moules-frites développent l’imagination ? La gaufre de Liège booste la puissance narrative ?

Les Belges doivent servir de souffre-douleur aux Français, pas les subjuguer avec leurs livres !

C’est pourquoi, quand j’ai entendu François Busnel présenter la nouvelle révélation belge, je n’ai pas pu m’empêcher de crier « encore !!! » (oui, je parle fort et beaucoup, au grand dam de Népoux qui essaie de suivre tranquillement).

La nouvelle révélation belge est charmante, jeune, captivante, et, pour ne rien gâcher, j’apprends qu’elle écoute du métal pour écrire. Bref, c’est une personnalité atypique juste comme je les aime.

Je garde son nom et le titre du livre dans un coin de ma tête… et continue ma petite vie.

Jusqu’au jour où je passe devant mon libraire (allez zou ! un petit coup de pub ! La librairie «Le Livre et La Tortue », à Issy-les-Moulineaux, est une petite merveille, tenue par de jeunes passionnés). Vous noterez que je passe devant, hein, je n’entre pas, fait rarissime ! D’ailleurs, JE NE DOIS PAS RENTRER, j’ai suffisamment de livres en retard pour tenir tout l’hiver sans bouger de mon canapé !

Mais, sur la porte, une affiche est bien mise en valeur : dédicace de Adeline Dieudonné pour son premier livre La Vraie Vie.

Et puis, merde, je rentre 😤😤😤… et j’achète le bouquin !

Je viens de terminer ce livre et c’est une vraie surprise !

Nous ne connaîtrons jamais le prénom de l’héroïne. Elle a 11 ans, vit avec ses parents et son petit frère, Gilles, dans un lotissement triste d’une banlieue lugubre. Son père se drogue à la chasse au gros gibier. Traquer, ressentir la peur de la bête, ça l’excite, c’est sa façon d’évacuer toutes les frustrations de sa vie, d’affirmer sa virilité. Forcément, quand il est en manque, il traque la mère, totalement paralysée par la peur que lui inspire son mari. Heureusement, il y a Gilles, son petit frère qui la suit partout, dont les éclats de rire lui sont aussi vitaux que l’air ou l’eau.

Jusqu’au jour de l’accident. Son petit frère ne rit plus, il est comme rongé de l’intérieur. Alors, elle va tout faire pour retrouver son « vrai » petit frère, celui d’avant.

Et si on avait un brouillon de vie ? Une vie pour faire des essais, expérimenter, se tromper ; une vie pour les malheurs, les déceptions, la tristesse ; un brouillon de vie pour préparer la vraie vie, pour la faire la plus belle possible, pour retrouver son petit frère d’avant l’accident.

C’est l’histoire d’une confrontation. La confrontation entre, d’un côté,                                                                                                                                                                                               la candeur, la naïveté, la volonté butée de l’enfance et, de l’autre, la résignation, la cruauté, le désespoir des adultes.

Pour un premier livre c’est une jolie réussite. Je parie que cette Belge va encore nous surprendre à l’avenir !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :